Les rencontres À l’œuvre #2

Lundi 18 mars, 19h, au Monfort Théâtre : D’une science à une culture du climat

 

Présentation

L’urgence climatique s’impose à toutes et à tous. À l’heure de la crise environnementale et face à l’échec des politiques internationales, chercheurs et intellectuels se sont intéressés depuis quelques années au concept d’anthropocène. Cette thématique interroge la capacité de chacun et des différentes populations dans le monde à réinventer de nouveaux modes de vie, de production et de consommation, afin de résoudre la crise écologique.

L’anthropocène analyse et critique notre culture mondialisée, anthropocentrique, occidentale, capitaliste, néolibérale et conflictuelle, voire paradoxale dans son questionnement écologique, ravivé par des constats scientifiques inquiétants. Cette notion soulève plusieurs questions : la culture dominante actuelle est-elle conciliable avec la transition écologique ? Comment dépasser les contradictions des mondes culturels tout à la fois soucieux d’écologie mais dans le même temps emportés vers la production de modes de vie qui nous éloignent des pratiques éco-responsables ? Comment penser, agir, sentir, créer, vivre autrement ? Dans cette réflexion autour des cultures écologiques viables, les processus artistiques sont également à réinterroger.

Par ailleurs, depuis de très nombreux siècles, l’art façonne notre rapport ainsi que notre regard à la nature. Or, ceux que nous pouvons nommer les éco-artistes revisitent la relation entre les humains et la nature en travaillant autour d’une nouvelle forme de vivre-ensemble commune à tous les êtres vivants. L’art constitue-t-il une manière d’aborder l’écologie différemment ? Est-il pertinent d’aborder le politique par le biais du poétique ? Les démarches écologiques s’inscrivent-elles dans le processus de création ?

Nos intervenants, provenant de disciplines différentes, sont donc invités à témoigner. Chacun sera convié à apporter sa contribution selon son champ d’expertise. Tout au long de cette conférence, nous souhaitons approfondir les potentialités politiques de la culture qui permettraient de répondre aux urgences climatiques.

Intervenants : Nathalie Blanc et Jean-François Simonin

Nathalie Blanc est directrice de recherche au CNRS et directrice de l’UMR LADYSS. Elle figure parmi les fondateurs du Portail des Humanités Environnementales et est l’une des deux coordinatrices de l’axe Esthétiques Environnementales. Son apport à la recherche concerne le thème de la nature en ville et de l’esthétique environnementale. Pour le ministère de l’Écologie et du Développement Durable, Nathalie Blanc a notamment dirigé un programme sur la nature et le paysage en ville entre 1999 et 2003 : Des paysages pour vivre la ville de demain. Entre 2008 et 2012, dans le cadre de l’ANR Ville durable, elle a également dirigé avec P. Clergeau le programme Évaluation des trames vertes urbaines et élaboration de référentiels : une infrastructure entre esthétique et écologie pour une nouvelle urbanité. Depuis 2011, Nathalie Blanc est la délégué française du projet européen Investigating Cultural Sustainability.

Jean-François Simonin est docteur en philosophie, essayiste et conférencier. Professionnel du diagnostic stratégique d’entreprise, il intervient comme consultant au sein de nombreux groupes de l’industrie et des hautes technologies. Jean-François Simonin cherche à anticiper les conséquences sur le long terme que peuvent avoir les processus technologiques, financiers ou encore industriels régissant l’économie mondialisée de ce début de XXIe siècle. Il a publié trois ouvrages relatifs à ces questions : Anticiper à l’ère de l’anthropocène, La destruction créatrice, une illusion ravageuse et De nouveaux matériaux pour de nouveaux futurs, aux éditions de l’Harmattan.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.